ATTESTATION SCOLAIRE DE SECURITE ROUTIERE

Le “continuum éducatif” consiste à mettre en place pour les élèves et dès leur plus jeune âge une éducation citoyenne favorisant une appropriation progressive de bonnes attitudes et l’acquisition de comportements responsables.

L’éducation aux valeurs du vivre ensemble est étroitement liée à d’autres composantes :

  • le partage de l’espace,
  • la sécurité au sens le plus large,
  • la prévention des risques,
  • la santé,
  • le civisme,
  • la protection de l’environnement,
  • le développement durable.

L’éducation à la sécurité routière s’inscrit dans ce cadre et se construit tout au long de la vie.

L’Ecole joue un rôle essentiel. L’obligation d’une éducation et d’une évaluation en matière de sécurité routière est clairement inscrite dans le code de l’Education. Aujourd’hui, la validation de l’APER à l’école primaire, la préparation et la validation de l’ASSR1 en 5e et l’ASSR2 en 3e au collège sont généralisés. Au-delà de l’école et du collège, le lycée s’intègre pleinement dans cette dynamique par la mise en place d’actions de sensibilisation.

La lutte contre l’insécurité routière des jeunes est l’affaire de tous. Chaque service de l’Etat, dont l’Education nationale, apporte sa contribution dans un contexte d’interministérialité.

Si depuis dix ans le nombre de tués dans les accidents de la route a nettement diminué, la situation des jeunes de 15 à 24 ans demeure préoccupante et justifie la poursuite des actions menées à l’école dans le cadre du socle commun de connaissances et de compétences.

 

en savoir plus 

 

Dès 1957, le législateur a prévu une sensibilisation des élèves du premier et du second degré à la sécurité routière.

En 1993, les statistiques d’accident mettant en évidence une accidentalité très forte chez les adolescents utilisateurs de cyclomoteurs, il est décidé de mettre en place le dispositif de l’attestation scolaire de sécurité routière (ASSR) dont le décret et l’arrêté du 12 février 1993 rendent le passage obligatoire. L’ASSR de 1er niveau s’adresse aux élèves de 5e et sa possession devient obligatoire pour accéder à la conduite des cyclomoteurs entre 14 et 16 ans (BSR). L’ASSR de 2d niveau s’adresse aux élèves de 3e.

En 1994, le Ministère réalise et diffuse des livrets de préparation à l’ASSR, sous forme de fiches pédagogiques pluridisciplinaires à destination des enseignants.
En 2002, le dispositif est renforcé : l’attestation de première éducation à la route (APER) est créée. Elle valide les acquis de sécurité routière pendant la scolarité du primaire, l’ASSR2 devient obligatoire pour accéder au permis de conduire. Ainsi, une continuité pédagogique est établie de la maternelle à la fin du collège.

En 2005, la loi d’orientation pour l’avenir de l’école met en place le socle commun de connaissances et de compétences qui prévoit que chaque élève doit être capable de respecter les règles de sécurité, notamment routière.

En 2007, est créée l’attestation d’éducation à la route (AER) pour les personnes présentant une déficience visuelle.

Par ailleurs, une application multimédia, dite “test@SSR”, remplace les supports vidéo utilisés auparavant pour la passation des épreuves. Les fiches de préparation sont diffusées sur internet. La préparation des candidats initialement confiée aux seuls enseignants s’appuie désormais sur l’ensemble de la communauté éducative.

En 2011, les épreuves sont téléchargées par chaque établissement depuis une plateforme nationale. La base de questions est à nouveau enrichie et fait une large place à la dimension comportementale en tenant compte de l’aspect réglementaire. Les boîtiers de réponse sont autorisés dans le cadre de la passation des épreuves.

Un portail internet “Education à la sécurité routière” (ESR) est créé. Ouvert à tout public, il donne accès à l’ensemble des ressources pédagogiques utiles aux équipes éducatives dans le domaine de l’éducation à la sécurité routière.

Des actions de sensibilisation  à la sécurité routière à destination des lycéens et apprentis sont progressivement mises en place.